« En s’installant dans le confort de l’amour, les couples cessent trop souventd’attiser la flamme du désir. Ils oublient que le feu a besoin d’air. » Esther Perel, L’intelligence érotique.

 Beaucoup de couples pensent que les bienfaits d’un amour mature – attachement, respect profond, réciprocité, attention – remplacent de façon équitable la flamme de l’érotisme qui s’est affaiblie à mesure que l’intimité grandissait.

Mais être très proches et se connaitre parfaitement, émotionnellement, intellectuellement, et physiquement, implique-t-il forcément de renoncer à une vie sexuelle épanouissante ? Un couple qui avance dans les années doit-il obligatoirement choisir : intimité OU passion ?

« On ne peut pas choisir entre expirer et inspirer. On doit faire les deux. C’est la même chose avec l’intimité et la passion. La tension entre la sécurité et l’aventure est un paradoxe à gérer, pas un problème à résoudre. »

Alors, comment arriver à gérer ce paradoxe pour remettre du ET dans son couple ?

L’amour a besoin de sécurité et de prévisibilité

Au début d’une relation, on est sur un petit nuage. On nage dans un bonheur extrême et l’euphorie la plus totale. Enfin presque… car c’est aussi la période où notre cœur connait les affres de l’angoisse la plus terrible : la peur de perdre l’autre. Et plus le sentiment est profond, plus la peur est grande !

Il n’est pas possible de vivre sur des charbons ardents toute sa vie ! Alors nous faisons tout pour sécuriser notre relation, en l’inscrivant dans la dépendance et l’attachement. Grâce aux habitudes, aux rituels, aux surnoms affectueux, nous troquons avec bonheur une partie de notre liberté pour plus de sécurité. Nous nous engageons volontairement dans une relation plus gérable et mature, faite de prévisibilité et de stabilité.

Mais ce cadre si doux et si réconfortant présente un véritable danger pour le désir au sein de notre couple. Car si l’amour a besoin de sécurité et de prévisibilité, le désir, lui, a soif de spontanéité, de risque, d’incertitude…

Le désir n’aime pas qu’on le maitrise !

Sans vouloir faire d’analogie malheureuse entre une personne et un iPad ou un sac à main de marque – pensez à la dernière chose que vous vouliez absolument avoir avant que vous ne l’obteniez… –, vous vous souvenez de l’attente fébrile mêlée à la peur que votre magasin préféré n’ait plus le modèle que vous convoitiez, des stratagèmes élaborés pour essayer de vous le procurer au plus vite, de tout ce que vous avez envisagé de faire avec une fois que vous l’auriez entre les mains… ? Maintenant que cette chose est à vous, elle vous fait toujours plaisir, vous en profitez au quotidien, vous l’aimez, mais vous fait-elle encore envie ?

Le désir nous fait surmonter n’importe quel obstacle pour arriver à posséder l’être tant convoité. Mais une fois que l’on possède l’autre, le désir s’éteint. Car on ne désire que ce que l’on n’a pas !

La chute du désir peut donc être vue comme une conséquence non intentionnelle et inévitable de l’intimité… Mais s’il est vrai qu’avec l’intimité grandissante le désir a fortement tendance à s’émousser, croire que l’on ne peut rien y faire est totalement faux !

Il faut offrir au désir les conditions propices à son expression – à l’intérieur même du cadre sécurisant et prévisible de la familiarité et de l’intimité. C’est-à-dire intégrer une part d’inconnu et d’incertitude dans notre espace familier et routinier.

Voyons comment…

La distance – L’éloignement est au désir ce que l’air est au feu

Si trop de distance empêche que l’intimité s’installe, une fusion excessive supprime l’espace entre les deux partenaires qui n’ont dès lors plus de chemin à faire pour se rejoindre et surtout pour se conquérir.

Le désir disparait une fois qu’il est satisfait : « Quand tu es loin, je veux me rapprocher de toi; quand je suis satisfait [rassasié] de toi, je veux m’éloigner: tel est le paradoxe de la passion » (Yvon Dallaire).

Une fois la phase fusionnelle consommée, il faut donc réintroduire de la distance pour que le besoin de fusion puisse renaitre à nouveau. Le désir va renaitre de la frustration du désir.  

L’altérité – Rester désirable, c’est conserver une part de mystère

Connaitre les habitudes de l‘autre, ses goûts et ses préférences, mais aussi ses pensées, ses croyances, ses sentiments, est tellement rassurant ! Mais attention à la lassitude et au désamour !

À la longue, on en arrive à penser qu’on connait tout de son/sa partenaire et qu’il n’y a plus rien à découvrir. Et le désir, qui se nourrit de surprise, de découverte et d’inconnu, s’enlise dans les certitudes, la répétition, la transparence et la routine.

Pour rester désirable, nous devons conserver une part de mystère. L’idée n’est pas de cacher des choses à notre partenaire. Ni de jouer un rôle. Ni de travestir notre personnalité. Mais plutôt de l’enrichir constamment et de la renouveler sans cesse afin que notre partenaire ne puisse jamais nous cerner complètement, nous connaitre totalement, nous posséder entièrement.

L’intention : garder le désir vivant est avant tout une question de volonté

Si « le désir est une force qui n’aime pas qu’on la maitrise », elle aime cependant être stimulée, favorisée, nourrie. Oui, il faut travailler à notre désir ! Non pas dans le sens d’un devoir, mais dans celui d’une énergie, d’un engagement, d’une intention. Au sein d’un couple mature, le désir a besoin d’encore plus d’attention, et non pas moins. Le faire advenir demande un effort volontaire et déterminé.

Faire advenir le désir demande par-dessus tout de lui accorder le temps nécessaire. L’anticipation, la préméditation sont les vraies clés qui permettent au désir de s’exprimer et de perdurer dans le couple établi. Planifier le sexe nous parait suspect, voire indécent. Pourtant, prendre des rendez-vous amoureux est le meilleur moyen de préserver un territoire érotique qui n’appartient qu’à notre couple !

Un couple mature, s’il veut être épanoui, doit arriver à conjuguer intimité ET passion. Une tension existe bel et bien entre ces deux composantes de l’amour. Mais avec un peu de temps, de volonté, et quelques pistes… vous arriverez à trouver l’équilibre vivifiant entre sécurité et aventure, prévisibilité et surprise, proximité et distance. Et n’oubliez pas : la clef du paradoxe ne se trouve pas à l’extérieur mais en vous-même – dans l’amour que vous vous portez l’un à l’autre.

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais avoir de nouveaux yeux » (Marcel Proust).

*

Votre vie érotique s’est émoussée alors que l’intimité grandissait au sein de votre couple ? Vous souhaiteriez raviver la flamme de vos débuts mais vous ne savez pas trop comment faire ? Ne restez pas seuls face à ces difficultés.

Contactez-nous pour une une Séance Découverte sans engagement. Nous prendrons le temps de vous écouter, comprendre les difficultés auxquelles vous êtes confrontés et surtout voir comment nous pouvons vous aider concrètement.

 

Valérie Claeys et Yves Dinsart

Ensemble nous accompagnons les couples en difficulté